HOMELIE DE L'ASCENSION - JEUDI 21 MAI 2020

Ac 1, 1-11

Ps 46

Eph 1, 17-23

Mt 28, 16-20

Cette fête solennelle de l’Ascension termine le cycle de 40 jours au cours desquels Jésus ressuscité apparait à ses disciples. Et nous mesurons l’importance capitale de l’évènement que nous célébrons aujourd’hui.

                        La première oraison de cette messe en donne le sens et la portée : «  L’Ascension de ton Fils est déjà notre victoire : nous sommes les membres de son corps, il nous a précédés dans la gloire auprès de toi, et c’est là que nous vivons en espérance ». C’est dire que cette fête nous dit ce vers quoi nous allons : nous sommes en marche vers la gloire de Dieu. Notre vocation, c’est de vivre en plénitude de la vie de Dieu. En étant élevé dans la gloire, Jésus nous ouvre le chemin du ciel, le chemin de notre patrie définitive.

            Et avant de monter le premier vers le Père, juste avant de disparaitre au regard des disciples et d’ouvrir le temps de l’absence, Jésus leur fait une promesse et leur confie une mission. Ce sont les ultimes paroles que Saint Luc (l’auteur des Actes des Apôtres) retient de Jésus.

            La promesse : « Vous allez recevoir une force quand le Saint Esprit viendra sur vous ».

            La mission : « Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre ».

            Ces dernières paroles, fondatrices, étant prononcées, Jésus disparait : « Après ces paroles, tandis que les Apôtres le regardaient, il s’éleva, et une nuée vint le soustraire à leurs yeux ». La suite du livre des Actes des Apôtres nous dit que les Apôtres retournent à Jérusalem et que, dans la chambre haute, ils attendent dans la prière, avec quelques femmes dont Marie, que se réalise cette promesse que Jésus vient de leur faire. 10 jours pendant lesquels ils se préparent à recevoir l’Esprit Saint promis qui donnera la possibilité d’accomplir fidèlement la mission reçue, qui est une mission de témoignage.

            Dans la finale de l’Evangile de Saint Matthieu que nous venons d’entendre, même si l’évangéliste n’évoque pas directement l’Ascension, nous avons le même message missionnaire que dans les Actes des Apôtres : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez les au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé ». Il est important de noter aussi que c’est en Galilée que Jésus donne cette consigne aux Apôtres. La Galilée est une région cosmopolite de mélange religieux et politique. Les païens y sont nombreux. Si Jésus donne cet ordre dans une région si hétéroclite, ce n’est pas par hasard. C’est une manière de dire que l’Evangile est pour tous, pas seulement pour les plus proches ou les plus accueillants. Le pape François dirait qu’il faut porter l’Evangile aux périphéries, à celui qui est le plus loin ou le plus indifférent. Le projet de Dieu est de rassembler la totalité de l’humanité.

            Alors, en face de l’immensité de la tâche, en face de l’immensité de cette mission confiée à l’Eglise (donc à chacun de nous), nous pouvons être pris de vertige. Mission impossible ? Comment faire ? Ne baissons pas les bras. Jésus est là pour nous aider. Il vient de le dire : « Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde ». (Point final de l’Evangile de Matthieu). A travers nous, c’est le Seigneur lui-même qui agit dans le cœur des hommes. A la suite des Apôtres, nous sommes envoyés pour proclamer la Bonne Nouvelle à toute la création. Ce que Jésus a fait, l’Eglise doit le poursuivre, mue par l’Esprit Saint reçu à la Pentecôte. Dimanche dernier, l’Apôtre Pierre nous invitait à être « prêts à tous moment (…) à rendre compte de l’espérance » qui nous habite.

            Lié à la fête d’aujourd’hui, nous parlons souvent du « pont de l’Ascension ». Même si cette année les déplacements sont compliqués ! En parlant de pont, on ne croit pas si bien dire ! Avec Jésus, l’Ascension est un pont qui nous permet de passer d’une rive à l’autre. Nous sommes en marche vers le Royaume. Le Christ ressuscité veut tous nous associer à sa victoire sur la mort et le péché.

            Nous sommes à 10 jours de la Pentecôte. Comme les Apôtres, retirons nous dans la chambre haute. Dans la prière, attendons le don de l’Esprit Saint promis.

            Amen !

           

            Père Hervé Géniteau, curé

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle 14 place Etienne Pernet, 75015 Paris tel : 01 56 56 83 10 mail : secretariat@sjbg.org