Homélie de la Vigile Pascale - 11 avril 2020

Rm 6, 3-11

Ps 117

Mt 28, 1-10

 

 

Etrange vigile pascale cette année. Etrange semaine Sainte. Etrange fin de Carême. Le contexte sanitaire nous oblige à rester confiner dans nos appartements. Nous ne pouvons pas nous réunir dans nos églises. Souffrance pour vous, fidèles de Jésus Christ. Souffrance pour nous, vos pasteurs.

 

            Et pourtant, alors que chaque jour les medias nous disent le nombre de ceux qui meurent de ce terrible virus, voilà qu’en cette nuit très sainte, c’est de vie dont il s’agit. Et de vie éternelle. C’est dans la foi qu’il nous faut donc recevoir l’annonce de l’ange du Seigneur faite aux femmes de l’Evangile, Marie Madeleine et l’autre Marie, venues de bon matin « pour regarder le sépulcre « Soyez sans crainte ! Je sais que vous cherchez Jésus le crucifié. Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit ». L’annonce de la Résurrection retentit, Pâques après Pâques, dans toutes les communautés chrétiennes. Nous sommes au fondement même de notre foi. Saint Paul nous dit que si le Christ n’est pas ressuscité, notre foi est sans contenu. Ce que Benoit XVI disait à sa manière : « La foi chrétienne tient par la vérité du témoignage selon lequel le Christ est ressuscité des morts, ou bien elle s’effondre » (Jésus de Nazareth - p. 275).

 

            Le Dieu auquel nous croyons, le Dieu a relevé Jésus d’entre les morts, c’est le Dieu de la vie, et non de la mort. Toute l’histoire de l’Alliance entre Dieu et l’humanité nous le rappelle. Depuis l’instant initial de la Création (dont nous avons entendu le récit tout à l’heure) jusqu’à la Résurrection du Christ, Dieu a  mis en œuvre tous les moyens pour susciter la vie de l’homme, pour la préserver et finalement pour l’arracher à la mort. Cette victoire finale de Dieu sur le mal destructeur, nous ne pouvons le comprendre que si nous avons le témoignage de cette longue fidélité de Dieu dont au long des siècles. Dieu est inlassablement fidèle depuis le moment originel, jusqu’à nos jours et jusqu’à la fin des temps. La victoire du Christ sur la mort n’est pas simplement la plus grande espérance qui puisse être donnée aux hommes. Mais c’est la seule. Notre baptême nous a plongés dans sa mort pour nous relever vivants avec Lui et en Lui. En cet instant, nous prions tout particulièrement pour les catéchumènes, et en particulier ceux de notre paroisse : Marie, Sarah, Céline et Rémi. Les circonstances font qu’ils ne peuvent pas recevoir ce soir le baptême. Je sais leur douleur. C’est toute notre communauté qui prie pour eux, demandant à Dieu qu’ils aient la force d’attendre les jours meilleurs pour que la célébration puisse avoir lieu dans de bonnes conditions.

 

            Mes frères, nous ne pouvons pas vivre comme si rien ne s’était passé dans la nuit de Pâques, comme si nous n’avions pas reçu le baptême, comme si notre mort était un point final. Notre vie a un sens. Alors, avec les femmes de l’Evangile, nous sommes constitués témoins de la Résurrection. Lorsqu’elles quittent le tombeau, St Matthieu nous dit qu’elles sont « remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples ». Elles ont alors la joie de voir Jésus venir à leur rencontre. Il leur dit la même parole que l’ange « Soyez sans crainte ». Et il ajoute : « Allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée. C’est là qu’ils me verront ». Cette bonne nouvelle de la Résurrection, nous ne pouvons pas la garder pour nous. Il nous faut l’annoncer au monde. C’est notre mission.

 

            Comme baptisés, nous avons, chevillés au corps cette espérance invincible : Christ est vainqueur. Il est vainqueur de toutes les puissances de mort. La lumière (dont le cierge pascal est le signe) surgit du tombeau, vide désormais. Soyons porteurs de  cette lumière au milieu du monde. C’est notre responsabilité. Soyons fidèles.

 

            Amen.

           

            Père Hervé Géniteau, curé

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle 14 place Etienne Pernet, 75015 Paris tel : 01 56 56 83 10 mail : secretariat@sjbg.org