Homélie du jour de Pâques - dimanche 11 avril 2020

 

Ac 10, 34-43

Ps 117

Col 3, 1-4

Jn 20, 1-19

 

       « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé ». C’est la constatation de Marie Madeleine affolée d’avoir perdu définitivement, pense-t-elle, son Seigneur. C’est ce que Marie Madeleine dit à Pierre et à l’autre disciple, celui que Jésus aimait. Les deux disciples se mettent en route en courant vers le tombeau. Le disciple bien aimé, Jean, arrive le premier. Pour respecter la prééminence de Pierre, il attend pour entrer dans le tombeau. Pourtant, c’est de lui dont il est dit : « Il vit et il crut ».

 

            En ce jour de Pâques, la question de cet Evangile est celle de savoir comment on passe de la vision à la foi. Marie Madeleine voit que le tombeau est vide. Et on ne nous dit pas qu’elle croit. Le constat que le tombeau est vide ne conduit pas immédiatement à croire en la Résurrection. Mais ce constat est source de question : Qui a enlevé le corps ? Où est-il ? Comment le récupérer ? Le tombeau est vide, par le signe matériel qu’il donne, ne suffit pas à provoquer la foi. Passer du constat à l’adhésion est le vrai chemin qu’il nous faut emprunter. Comment nous-mêmes sommes-nous conduits à croire en la Résurrection du Christ ?

 

            Croire à la Résurrection du Christ, c’est d’abord croire à l’authenticité du témoignage des disciples. Dans la première lecture, le livre des Actes des Apôtres nous montre comment Pierre, à Césarée chez un Centurion, rend témoignage à la Résurrection de Jésus. Nous voyons ailleurs dans les quatre évangiles que dans les jours qui suivent la découverte du tombeau vide, le Christ ressuscité apparait à ses disciples. Leur témoignage s’appuie sur cette vision du Ressuscité. Et ce témoignage est digne de confiance, non seulement parce qu’on suppose qu’ils sont honnêtes dans ce qu’ils disent, mais surtout par ce que l’Esprit Saint les constitue comme témoins.  Et notre foi aujourd’hui, elle s’enracine  dans ce premier témoignage. C’est parce que nous avons reçu ce témoignage à travers les Ecritures et à travers la Tradition de l’Eglise, que nous croyons que Jésus est ressuscité. Et puis, il y a aussi le témoignage actuel de la puissance de la Résurrection à l’œuvre dans le monde. Nous constatons qu’il y a des hommes et des témoins qui ne sont ni meilleurs ni plus forts que les autres qui acceptent que leur existence ne soit pas gouvernée par leurs désirs ou leurs intérêts, mais qui se font serviteurs les uns des autres. C’est particulièrement remarquable en ces jours où la pandémie nous force au confinement. Que de beaux gestes de solidarité qui sont en réalité des gestes d’amour et qui sont des signes de la puissance de la Résurrection du Christ qui agit dans le monde.

 

            Saint Paul, dans l’épitre aux Colossiens que nous avons entendue nous dit : « Si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu ». Oui, par le baptême, nous avons accès à la Résurrection. La vie éternelle nous est déjà donnée. Les puissances de mort qui agissent dans le monde sont vaincues par la Résurrection de Jésus. Hier soir, lors de la Vigile, nous lisions le chapitre 6 de l’épitre aux Romains ou Saint Paul affirme avec force : « Ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus. La mort n’a plus de pouvoir sur lui… ». De même nous aussi, pensez que vous êtes morts au péché mais vivants pour Dieu en Jésus Christ ». C’est cela que nous célébrons à Pâques, la victoire définitive de la vie sur la mort. Alors, dans le contexte bien particulier de ce que nous vivons cette année, disons dans la foi que la vie du monde change avec la Résurrection, que la vie éternelle nous est ouverte par la victoire de Jésus sur la mort. Le tombeau est vide désormais, c’est le fondement de notre foi. « Il vit, et il crut ».

 

            Amen !

           

            Père Hervé Géniteau, curé

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle 14 place Etienne Pernet, 75015 Paris tel : 01 56 56 83 10 mail : secretariat@sjbg.org