Paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle
Paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle

homelie du 11 NOVEMBRE 2018

 

1 R 17,10-16

 

Ps 145

 

Heb 9,24-28                                                                                                                        

Mc 12,38-44 

                                                                   

                                  A mesure que nous approchons de la fin de l’année liturgique (dans deux semaines nous célèbrerons la fête du Christ Roi de l’Univers) ; l’évangile de Marc s’approche naturellement aussi de la fin du ministère public de Jésus. L’épisode qui nous est rapporté aujourd’hui se situe après l’entrée messianique de Jésus à Jérusalem le dimanche des Rameaux. Nous sommes donc au  cœur de la Semaine Sainte. A travers l’offrande de la veuve d’aujourd’hui, l’évangile veut mettre en évidence ce qui constitue le cœur de la démarche du croyant. Il veut nous mettre devant la radicalité du choix auquel le Christ va être confronté dans l’offrande qu’il fait de sa vie sur la Croix.

 

                                  Et cette offrande, dont l’épître aux Hébreux vient de nous dire que c’est l’unique sacrifice qui peut sauver le monde, nous renvoie à ce qui est le cœur de notre foi en Dieu.

 

                                 L’épisode de l’offrande de la veuve au Temple est éclairé par la rencontre de la veuve de Sarepta qui faisait l’objet de la première lecture. Elie lui demande de sacrifier tout ce qu’elle a pour vivre. Il lui reste juste de quoi faire un pain avant de mourir. Elie le lui demande en promettant que Dieu l’assistera autant que nécessaire. Dans le passage d’Evangile, la veuve dans le Temple vient apporter au trésor sa très modeste offrande. Il est probable qu’elle accomplit ce geste en présence de témoins et de scribes qui paradent devant les autres, en la jugeant sévèrement puisqu’elle n’apporte que le dixième, ou le centième, de ce qu’eux-mêmes ont donné, alors que leurs richesses se constituent en dévorant le bien des veuves.

 

                                 Cette présentation de l’offrande de la veuve dans le tronc du trésor concentre notre regard sur cette question : que sommes-nous appelés à donner ? Non pas en offrande financière, mais en offrande personnelle, en offrande de notre propre liberté. Nous sommes conduits à revoir notre manière de vivre, à relire notre manière de mettre en œuvre la  foi. Nous devons hélas constater que très souvent notre réponse à l’appel de Dieu se situe dans ce que l’Evangile appelle le superflu. Notre vie est souvent très encombrée. Mais que reste-t-il à Dieu ? Il y a un moyen très simple de repérer ce qui se passe dans notre vie : c’est de regarder la manière dont nous utilisons notre temps. Déjà le fait d’être à la messe chaque dimanche (et parfois même en semaine !) est le signe d’un temps réservé à Dieu. Et c’est bien ! Mais faisons attention à  ne pas dire que le Seigneur est le centre de nos vies s’il est logé à la périphérie. L’exemple de la veuve qui donne «tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre » est une façon pour Jésus de nous poser cette question radicale : qu’est-ce que cela veut dire pour moi aujourd’hui d’essayer de vivre de la foi ? Qu’est-ce que cela signifie ? Quelle est notre capacité à préserver un temps honnête et juste pour entretenir notre relation avec Dieu ? Si l’Eglise nous invite à prier chaque jour matin et soir, c’est pour nous aider à exprimer d’une façon consciente le sens de ce que nous voulons donner à tout ce que nous vivons. Dieu, alors, sera de plus en plus au centre absolu de tout ce que nous vivons. Ainsi notre vie de chrétien, à travers les activités normales d’une existence humaine, va prendre le sens d’une offrande réelle, d’un sacrifice véritable offert à Dieu et, en conséquence,  nous les vivrons autrement. Le jour où le Christ aura pris toute la place en nous, nous pourrons dire avec St Paul : « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi » Ga 2,70. Paul définit l’existence humaine comme communion au Fils de Dieu. C’est ce à quoi nous achemine la prière.

 

                                 Comment orientons-nous vraiment notre vie vers ce don total de nous-mêmes ? La véritable foi, c’est de croire que c’est par Dieu que nous vivons, c’est pour Dieu que nous vivons, c’est grâce à Dieu que nous vivons, que nous faisons tout, comme le dit St Paul, pour la gloire de Dieu (cf 1 Co 10,31).

                                                                                                                      Amen

Père Hervé Géniteau, curé

 

 

 

Pour faire un don, cliquez sur l'image ci-dessous

     Horaires  à          St Jean-Baptiste            de Grenelle             

HORAIRES HABITUELS

HORS VACANCES SCOLAIRES


DIMANCHE

Messes à :

- 9h, 11h  - église 

10H30, 12h15 - chapelle St Étienne  

- 18h30 dans l'église (animée par les jeunes) 

 

EN SEMAINE

-  Lundi : à 9h et 19h 

-  du mardi au vendredi : 

   8h, 9h  et 19h

 Samedi : 9h

 

Laudes à 8H35

du mardi au samedi 

               

Adoration eucharistique
Le Saint Sacrement est exposé :

- le mardi de 19h30 à 20h30 - Chapelle St Etienne 
- le vendredi de 19h30 à 20h30

- le dimanche de 17h à 18h15 

Possibilité de se confesser

 

Les messes dans le quartier

(hors vacances scolaires)

- Au C3B, 54 rue Emeriau (75015), tous les vendredis à 12h15.

- A l’Ehpad Anselme Payen, 9, place Violet, le mardi à 15h

PERMANENCE DES PRETRES

(possibilité de confessions)

Pendant l’année:

du lundi au vendredi de 17h30 à 19h30 et le samedi de 10h à 12h
Vacances scolaires:

du lundi au vendredi de 18h à 19h30

 

BUREAU D'ACCUEIL

Pendant l’année:

du lundi au vendredi de 9h30 à 12h et de 14h30 à 19h; le samedi de 10h à 12h et de 16h30 à 18h30
 Vacances scolaires :

du lundi au vendredi de 16h30 à 19h le samedi de 10h à 12h.

Église

Saint Jean-Baptiste de Grenelle

14 place Etienne Pernet, 75015 Paris

01 56 56 83 10 secretariat@sjbg.org

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle