Homélie du 15 avril

Ac 3-13-19                                            Dimanche 15 avril 2018

Ps 4

1 Jn 2, 1-5                          3ème dimanche de Pâques - Année B

Lc 24, 35-48

Le récit de Saint Marc qui vient d’être lu fait immédiatement suite à celui que nous entendions le soir de Pâques et que nous appelons souvent « L’apparition aux disciples d’Emmaüs ». Et c’est donc à nouveau une apparition du Christ ressuscité aux apôtres qui nous est relatée aujourd’hui. « Lui-même fut présent au milieu d’eux » nous dit Saint Luc. Et comme à chaque fois que le Christ ressuscité se manifeste, il n’est pas immédiatement reconnu. Malgré la parole forte de Jésus : « La paix soit avec vous », il nous est dit que les Apôtres « saisis de frayeur et de crainte croyaient voir un esprit ». C’est dire que nous sommes immédiatement confrontés à la difficulté de l’acte de foi en Jésus ressuscité. Cette expérience, qui fut celle des Apôtres, est peut-être la nôtre, aujourd’hui aussi. Dans l’Evangile, la pédagogie de Jésus est claire. Il commence par libérer les Apôtres de leur peur de voir un fantôme. Il leur fait reconnaître sa réalité corporelle aussi clairement que possible. A la fois, il leur propose de toucher les plaies de la Passion, c’est-à-dire ses mains et ses pieds. A la fois, il mange devant eux.

            Mais au-delà de cette reconnaissance physique, nous avons à nouveau un enseignement de Jésus dont le but est de fortifier la foi des disciples. Jésus, une fois encore explique à ses interlocuteurs les événements qui viennent de se passer. Il les explique à la lumière de la parole de Dieu. Saint Luc nous dit qu’il « ouvrit leur intelligence à la compréhension des Ecritures ». Pourtant, dans sa montée vers Jérusalem, Jésus n’a pas cessé d’expliquer ses souffrances, sa Passion, sa mort et sa résurrection. C’est aussi ce que proclame Pierre dans la première lecture. Au cours de ce temps pascal, il nous faut demander à Dieu que nos esprits s’ouvrent à l’intelligence des Ecritures.

            C’est donc dans une véritable attitude  nouvelle que nous sommes appelés à entrer. L’invitation  qui nous est faite, c’est de découvrir le mystère du Christ dans l’Ecriture. Relire la Passion/Résurrection à la lumière des Ecritures, c’est ce que Jésus fait avec les deux disciples sur le chemin d’Emmaüs. C’est ce qu’il fait ici avec les onze Apôtres le soir de Pâques. C’est également ce qu’il fait pour nous chaque fois que, en Eglise, nous lisons l’Ecriture. Nous comprenons que la Passion est toute tournée, toute orientée vers la Résurrection qui n’est donc pas un fait divers. Elle s’inscrit dans tout ce que Dieu avait laissé voir de Lui à travers son Messie, et dans ce que Jésus lui-même avait annoncé. La Résurrection est donc bien un événement fondateur. Les Apôtres doivent comprendre cela pour l’expliquer. Et nous aussi !

            L’événement de la mort et de la Résurrection de Jésus (le mystère pascal) est la substance de toute l’Ecriture. Cela doit être annoncé « à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. A vous d’en être les témoins ».

            Nous aussi, aujourd’hui, nous faisons l’expérience de la Rencontre avec le Ressuscité. Même si c’est d’une manière différente des disciples de l’Evangile. Nous le rencontrons d’abord dans les sacrements, mais aussi dans sa parole, dans la prière, dans nos frères etc… Et ma rencontre du Christ ressuscité bouleverse une vie en la recentrant sur l’essentiel. Une telle rencontre est une expérience fondatrice qui nous propulse dans le monde pour attester que le Christ est vraiment ressuscité.

            Tous, nous avons à rencontrer le Christ, à le reconnaître, et à accepter la mission qu’Il nous donne. C’est notre vocation de disciples.

Amen !

Père Hervé Géniteau, curé

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle 14 place Etienne Pernet, 75015 Paris tel : 01 56 56 83 10 mail : secretariat@sjbg.org