HOMELIE DU 22 JUILLET

Jr 23, 1 - 6                                                        

Ps 22                                                                             

Eph, 2, 13 - 18

Mc 6, 30 - 34                                                   

 

« Venez à l’écart, dans un endroit désert, et reposez-vous un peu ». C’est Jésus qui s’adresse ainsi à ses Apôtres lorsqu’ils viennent leur annoncer « tout ce qu’ils avaient fait et enseigné » après leur première mission. C’est Jésus qui les emmène « à l’écart » et c’est donc avec lui qu’ils vont prendre un temps de repos et de calme. Car en effet, leur vie apostolique est très prenante. Saint Marc nous dit que « de fait, ceux qui arrivaient et ceux qui partaient étaient nombreux, et l’on n’avait pas le temps de manger ».

 

            Voilà : prendre du temps avec le Christ, se reposer avec le Christ. C’est tout à fait cela que nous avons à faire au cœur de l’été. Etre à l’écart avec le Christ, c’est forcément se ressourcer spirituellement. Cela donne sens à notre vie quotidienne.

 

            Au cours de l’année, nous disons tous que nous n’avons pas le temps ou pas de temps. Nous courons après le temps. Décidons chacun aujourd’hui de prendre le temps cet été de contempler  le mystère du Christ. Il faut que cela soit prévu dans le temps des vacances. Il faut absolument  que le repos nous permette de demeurer près du Seigneur afin d’expérimenter sa présence. Le ressourcement est absolument nécessaire si nous voulons  accomplir la mission qui nous est confiée. Rappelez-vous l’appel des Apôtres en St Marc : « il en institua Douze pour qu’ils soient avec lui et pour les envoyer proclamer la Bonne Nouvelle « (Mc 3, 14). D’abord : pour être avec lui. Avant d’être envoyé, le disciple est d’abord avec son Maître. C’est bien dans cet ordre que St Marc nous dit les choses. Comment annoncerions-nous le Christ si nous ne commençons pas par passer du temps avec lui ? La contemplation, la prière, le temps passé avec le Seigneur (dans la méditation de sa parole notamment), cela conduit  forcément à la mission, à l’annonce de l’Evangile. Après le recul nécessaire (après la retraite), il nous faut annoncer au monde celui que nous avons contemplé dans le secret. La foule qui attend une parole de vie est nombreuse. Aujourd’hui, Saint Marc nous dit que Jésus «  fut saisi de compassion envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger ». Dans le livre du prophète Jérémie que nous avons entendu, Dieu  disait : « Je ramènerai mes brebis dans leur enclos, elles seront fécondes et se multiplieront. Je susciterai pour elles des pasteurs qui les conduiront ».

 

            Et Saint Marc nous dit que Jésus se mit à « enseigner longuement » les foules. Pris de pitié pour elles, fort de la force du Père avec lequel il passe du temps, Jésus accomplit sa mission. Il annonce le salut qu’il est venu apporter à l’humanité entière. Si  Jésus passe des nuits à prier son Père, c’est pour recevoir de lui la force d’annoncer la Bonne Nouvelle du plus profond de son cœur.

 

            Nous avons à suivre Jésus sur ce chemin. Par le baptême, nous sommes consacrés, nous sommes mis à l’écart pour nous reposer en lui et pour annoncer au monde le salut.

 

            En ce dimanche, alors que nous accomplissions l’acte de plus important de notre semaine en célébrant l’Eucharistie, demandons au Seigneur qui nous aime que nous soyons sans cesse et de plus en plus conformés au Christ, source de tout ce que nous sommes. Saint Paul disait tout à l’heure : « Par lui, les uns et les autres, nous avons, dans un seul Esprit, accès auprès du Père ».

 

                                                                                   Amen !                                            

                                                                       Père Hervé Géniteau 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle 14 place Etienne Pernet, 75015 Paris tel : 01 56 56 83 10 mail : secretariat@sjbg.org