Paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle
Paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle

Homélie du 24 juin Nativité de St Jean-Baptiste

Is 49, 1 - 6                                                         

Ps 138                                                           

Ac  13, 22 – 26

Lc 1, 57 – 66-80                                                    

 

 

 

 Six mois avant Noël, six mois avant la naissance de Jésus, nous fêtons aujourd’hui la naissance de Saint Jean-Baptiste, le patron de notre paroisse. Mais pourquoi célébrer la naissance de Jean-Baptiste ? La fête de tous les autres saints  est célébrée le jour de leur mort, c’est-à-dire le jour de leur naissance au ciel, de leur naissance à la vie éternelle. Rappelez-vous Thérèse de Lisieux qui disait : « Je ne meure  pas, j’entre dans la vie ».

            Pourquoi ce privilège  est-il donné à Jean-Baptiste ? D’abord sans doute parce qu’il a été sanctifié  dès le sein de sa mère Elisabeth lorsqu’il tressaillit d’allégresse devant le Messie que Marie portait en elle. La rencontre  entre Marie et Elisabeth est plutôt  la rencontre entre Jésus et Jean-Baptiste dans le ventre de leurs mères respectives. Et dès lors, toute la vie de Jean (dont le nom d’ailleurs signifie  « Dieu fait grâce ») nous montre qu’il est prophète de celui qui vient derrière lui et dont il dit lui-même dans le livre des Actes des Apôtres  (nous venons de l’entendre)  qu’il n’est pas « digne de retirer les sandales de ses pieds ». Jean sera le plus grand des prophètes. Cela est bien confirmé par la suite de l’Evangile que nous venons de lire. Après la naissance  de Jean-Baptiste, Zacharie son père « fut rempli de l’Esprit Saint et prononça ces paroles prophétiques (…) : Petit enfant, tu seras appelé prophète du Très Haut. Tu marcheras devant, à la face du Seigneur, et tu prépareras ses chemins (Lc 1, 67.76). Le prophète, c’est celui qui manifeste la présence de Dieu au milieu des hommes. Jean-Baptiste pourrait reprendre à son compte les paroles d’Isaïe dans la première lecture : « J’étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m’appelé ». Et Dieu répond : « Je fais de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne aux extrémités  de la terre ». Cela, Dieu le dit à chacun d’entre nous. Nous avons tous à répondre à cette vocation prophétique reçue au baptême : dans nos familles, là où nous étudions, là où nous travaillons, là où nous vivons.

            Il s’agit de témoigner  de l’espérance dans un monde désespéré qui ne sait plus où il va.

            Il s’agit d’être artisan de paix là où règnent  la guerre et la division.

            Il s’agit de dire que le pardon et la réconciliation sont possibles et l’emportent sur la haine et la vengeance.

            Il s’agit d’aimer et de respecter la vie au cœur d’une culture de mort.           Il s’agit enfin de dire haut et fort que Dieu vient de sauver l’humanité en rendant à chaque homme la vie que le péché lui retire.

            Demandons à Dieu le courage de la parole prophétique, de cette parole qui dérange mais qui annonce le salut. Jean-Baptiste en fera lui-même  l’expérience comme tous les prophètes de l’Ancien Testament. Cette mission  exige de la persévérance et il nous faut demander à Dieu la grâce de la fidélité. Jean-Baptiste ira jusqu’au martyre, précédant le Christ dans la mort, comme il l’avait précédé  dans la naissance.

            La vocation de Jean-Baptiste nous paraît exemplaire de toute vocation, en tant que toute vocation est une mission.  L’enfant dont l’Evangile de ce soir nous relate la naissance ne s’appellera pas Zacharie comme son père, ce qui exprimerait simplement qu’il est membre d’une famille. Dès sa naissance, Dieu lui assigne un nom personnel qui est l’expression de sa vocation unique. A sa naissance, il reçoit de Dieu son identité. C’est en effet dans la vérité de notre condition de créatures et d’enfants de Dieu que nous découvrons avec émerveillement notre identité profonde, ainsi que le sens ultime de notre vie.

 

 

                                                                                  Amen !

                                                                       Père Hervé Géniteau 

Pour faire un don, cliquez sur l'image ci-dessous

     Horaires  à          St Jean-Baptiste            de Grenelle             

HORAIRES HABITUELS

HORS VACANCES SCOLAIRES


DIMANCHE

Messes à :

- 9h, 11h  - église 

10H30, 12h15 - chapelle St Étienne  

- 18h30 dans l'église (animée par les jeunes) 

 

EN SEMAINE

-  Lundi : à 9h et 19h 

-  du mardi au vendredi : 

   8h, 9h  et 19h

 Samedi : 9h

 

Laudes à 8H35

du mardi au samedi 

               

Adoration eucharistique
Le Saint Sacrement est exposé :

- le mardi de 19h30 à 20h30 - Chapelle St Etienne 
- le vendredi de 19h30 à 20h30

- le dimanche de 17h à 18h15 

Possibilité de se confesser

 

Les messes dans le quartier

(hors vacances scolaires)

- Au C3B, 54 rue Emeriau (75015), tous les vendredis à 12h15.

- A l’Ehpad Anselme Payen, 9, place Violet, le mardi à 15h

PERMANENCE DES PRETRES

(possibilité de confessions)

Pendant l’année:

du lundi au vendredi de 17h30 à 19h30 et le samedi de 10h à 12h
Vacances scolaires:

du lundi au vendredi de 18h à 19h30

 

BUREAU D'ACCUEIL

Pendant l’année:

du lundi au vendredi de 9h30 à 12h et de 14h30 à 19h; le samedi de 10h à 12h et de 16h30 à 18h30
 Vacances scolaires :

du lundi au vendredi de 16h30 à 19h le samedi de 10h à 12h.

Église

Saint Jean-Baptiste de Grenelle

14 place Etienne Pernet, 75015 Paris

01 56 56 83 10 secretariat@sjbg.org

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle