Paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle
Paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle

homélie du 4 NOVEMBRE 2018

Dt 6,2-6

Ps 17                                                                                                Dimanche 4 novembre 2018

Heb 7,23-28                                                                                                    31ème dimanche  B

Mc 12,28-34

 

Dans la lumière de la Toussaint que nous avons célébrée jeudi dernier, l’évangile que nous entendons aujourd’hui revêt une importance toute particulière. Jésus nous donne les deux commandements de l’amour dont il dit qu’il n’y en a pas de plus grands.

            Le scribe de l’évangile pose une question essentielle à Jésus parce que c’est l’essentiel de la foi : « Quel est le premier de tous les commandements ? » Et Jésus répond en donnant le premier, mais aussi le second commandement. Il va plus loin dans sa réponse que la seule question du scribe.

            Le premier commandement : « Ecoute Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force ». Ces paroles de Jésus reprennent celles que Moïse adressait au peuple dans la première lecture. C’est bien dans ce passage du Deutéronome que le « grand commandement » est exprimé pour la première fois dans toute sa plénitude. Il est introduit par une affirmation fondatrice : « Le Seigneur notre Dieu est l’Unique ». Il n’y a pas d’autre Dieu. Le Dieu unique exige la totalité sans partage du cœur humain avec toutes ses forces.

            Et le second commandement : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». En disant qu’ « il n’y a pas de commandement  plus grands que ceux-là », Jésus unit de manière indissociable l’amour de Dieu et l’amour du frère. Cet enseignement sera développé dans les épîtres de saint Jean : « Si quelqu’un dit : J’aime Dieu, alors qu’il a de la haine contre son frère, c’est un menteur. En effet celui qui n’aime pas son frère, qu’il voit, est incapable d’aimer Dieu, qu’il ne voit pas » (1Jn 4,20).

            Le scribe de l’évangile a bien compris ce que dit Jésus : « Fort bien, Maître, tu as dit vrai. » Il comprend même que le double commandement de l’amour « vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices. » Notre scribe place l’accomplissement du commandement d’amour dans la vie du croyant dessus de toute vénération purement cultuelle de Dieu. Les offrandes de l’Ancienne Alliance deviennent caduques avec le Christ. L’amour de Dieu et du prochain trouvent leur accomplissement dans sa mort. Dans ce don extrême, l’amour de Jésus envers le Père et envers nous reçoit une intensité non imaginable dans l’Ancien Testament. Avant Jésus, personne n’a pu aller comme lui « jusqu’au bout » de l’amour (cf Jn 13,1). L’épître aux Hébreux vient de nous dire que Jésus « n’a pas besoin, comme les autres grands prêtres, d’offrir chaque jour des sacrifices (…) cela, il l’a fait une fois pour toutes en s’offrant lui-même ».

            Au fond, la question qui se pose sans doute à travers les textes de ce dimanche, c’est de savoir en vérité ce que c’est qu’aimer. Dans le contexte dramatique de sa Passion, le soir du Jeudi Saint, Jésus nous dit : « Mon commandement, le voici : aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » (Jn 15,12-13). La manière de vivre de Jésus fonde la possibilité de vivre pleinement l’amour fraternel et l’édification mutuelle. La mort sur le Croix est l’expression suprême de son amour pour le Père. Et pour chacun de nous, aussi ! C’est donc le fondement et la norme de l’amour. Thérèse de Lisieux l’avait bien compris lorsqu’elle dit : « Aimer, c’est tout donner et se donner soi-même ».

            Dans cette eucharistie que nous célébrons, demandons la grâce d’aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme, de tout notre esprit et de toute notre force et notre prochain comme nous-mêmes. Que Dieu nous donne la force d’être fidèles à ces deux commandements dans tous les domaines de note vie. Que le Seigneur nous donne cette plénitude de don qui transforme une vie et la rend fructueuse.

                                                                                              Amen

            

 

 

Pour faire un don, cliquez sur l'image ci-dessous

     Horaires  à          St Jean-Baptiste            de Grenelle             

HORAIRES HABITUELS

HORS VACANCES SCOLAIRES


DIMANCHE

Messes à :

- 9h, 11h  - église 

10H30, 12h15 - chapelle St Étienne  

- 18h30 dans l'église (animée par les jeunes) 

 

EN SEMAINE

-  Lundi : à 9h et 19h 

-  du mardi au vendredi : 

   8h, 9h  et 19h

 Samedi : 9h

 

Laudes à 8H35

du mardi au samedi 

               

Adoration eucharistique
Le Saint Sacrement est exposé :

- le mardi de 19h30 à 20h30 - Chapelle St Etienne 
- le vendredi de 19h30 à 20h30

- le dimanche de 17h à 18h15 

Possibilité de se confesser

 

Les messes dans le quartier

(hors vacances scolaires)

- Au C3B, 54 rue Emeriau (75015), tous les vendredis à 12h15.

- A l’Ehpad Anselme Payen, 9, place Violet, le mardi à 15h

PERMANENCE DES PRETRES

(possibilité de confessions)

Pendant l’année:

du lundi au vendredi de 17h30 à 19h30 et le samedi de 10h à 12h
Vacances scolaires:

du lundi au vendredi de 18h à 19h30

 

BUREAU D'ACCUEIL

Pendant l’année:

du lundi au vendredi de 9h30 à 12h et de 14h30 à 19h; le samedi de 10h à 12h et de 16h30 à 18h30
 Vacances scolaires :

du lundi au vendredi de 16h30 à 19h le samedi de 10h à 12h.

Église

Saint Jean-Baptiste de Grenelle

14 place Etienne Pernet, 75015 Paris

01 56 56 83 10 secretariat@sjbg.org

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle