homelie du 7 JUILLET 2019

.

Is 66, 10-14

Ps 65                                                               DIMANCHE 7 JUILLET 2019

Ga 6, 14-18                                              14ème dimanche du TO - Année C

Lc 10, 1-20

 

 

 Le texte de Saint Luc que nous venons de lire nous rapporte l’envoi en mission de 72 disciples par Jésus. Ils sont envoyés deux par deux pour évangéliser, pour annoncer la Bonne Nouvelle. Et immédiatement, Jésus les prévient que la mission sera difficile : « Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups ». Rappelez-vous la semaine dernière : à travers les trois hommes appelés par Jésus, nous avions compris que la mission ne serait pas simple ! Et pourtant, l’enjeu est bien réel : il s’agit de mettre nos pas dans ceux de Jésus. Il s’agit de comprendre qu’il n’y a pas d’autre chemin pour le disciple que celui que lui-même a emprunté. Saint Paul vient de nous dire : « Je porte dans mon corps les marques de souffrances de Jésus ». En un mot, si Jésus est passé par la Croix, la même Croix est au cœur de nos vies. « Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa Croix chaque jour et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera » (Lc 9, 23-24).

 

            Pour autant, nous n’avons rien à craindre dans la mission reçue. Et si nous n’avons rien à craindre, ce n’est pas en raison des moyens que nous pourrions mettre en œuvre. Jésus vient  de nous avertir : « Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en chemin ». Ce ne sont pas dans les moyens humains que se réalisent les grandes œuvres de la mission. C’est dans l’envoi du Maître qui choisit les ouvriers pour sa moisson. Notre force, nous la tenons de la présence du Christ qui agit en nous. Cette présence du Christ ne nous fera jamais défaut. Il l’avait dit : « Moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’çà la fin du monde » (Mt 28,20).

            Au fond, ce qui nous est demandé aujourd’hui, c’est d’accepter de nous mettre vraiment à la suite du Christ en reprenant à notre compte ce que dit Saint Paul : « Pour moi, que la Croix de notre Seigneur Jésus Christ reste ma seule fierté ». Ainsi, nous entrerons véritablement dans sa mission. La mission des disciples s’enracine dans celle de Jésus. La mission de l’Eglise poursuit exactement celle du Christ. Et ce que nous avons à annoncer est rappelé deux fois dans l’évangile d’aujourd’hui : « Le règne de Dieu est tout proche de vous ». Cela, nous avons à le dire à ceux qui nous accueillent comme à ceux qui nous rejettent. Du succès ou de l’échec, nous n’avons ni à nous réjouir, ni à nous troubler. Le succès n’est pas inclus dans la mission. « Ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis. Mais réjouissez-vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux ». C’est la seule chose qui compte ultimement. Paul dit sensiblement la même chose dans la deuxième lecture : « Ce qui compte, ce n’est pas d’être circoncis ou incirconcis, c’est d’être une création nouvelle ».

 

            Alors, si la mission est importante à ce point, on comprend que Jésus demande de « prier le Maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson ». Si chaque disciple (chacun de nous donc) est un moissonneur (un ouvrier pour la moisson) cela signifie que ni le champ, ni la moisson, ne nous appartiennent. Nous ne sommes pas propriétaires parce que nous sommes serviteurs. La radicalité de l’Evangile nous appelle à nous débarrasser de tout ce qui nous alourdit dans la mission, de tout ce qui nous empêche d’être libres. Il y a une urgence à laquelle le pape François nous ramène sans cesse ; C’est une espérance que nous avons à annoncer au monde : la vie est plus forte que la mort.

 

            La mission de l’Eglise est universelle. Tous les hommes sont appelés à entrer dans le mystère de Dieu. En célébrant cette eucharistie, demandons à Dieu qu’Il fasse grandir en nous le désir de la mission.

 

Amen

.

Père Hervé Géniteau

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle 14 place Etienne Pernet, 75015 Paris tel : 01 56 56 83 10 mail : secretariat@sjbg.org