Paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle
Paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle

Homélie du 8 octobre

Is 5, 1-7                                                          Dimanche 8 octobre 2017

Ps 79

Phil 4,  6-9                                                     27ème dimanche  ordinaire   A

Mt 21, 33-43                                 

 

 

 

 La parabole que nous méditons ce jour fait suite immédiatement à celle de la semaine dernière. Et c’est aujourd’hui le troisième dimanche de suite où il est question de vigne. Dans la Bible, la vigne, si précieuse, ne vaut que pour son fruit. Son bois est sans valeur et ses sarments, on les jette au feu. Le mystère de la vigne c’est d’apporter la joie au cœur de l’homme, mais au cœur de Dieu aussi.

Dans la parabole que nous méditons, nous trouvons le refus constant au cœur de l’homme d’accepter le mystère du Seigneur et de s’engager. Les vignerons, qui ne sont que des serviteurs, sont impitoyables face à leur Maître. Ils tuent ceux qui arrivent pour travailler à cette vigne. Ils tuent même le Fils. Voilà pourquoi Jésus conclut : « La pierre qu’ont rejetée   les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle. C’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux. » Il cite le psaume 118. La pierre rejetée, la pierre méprisée, c’est Jésus lui-même qui est condamné à mort. Et c’est pourtant sur Lui que repose l’Eglise.

Le chemin que nous avons à faire, c’est d’abord de reconnaitre que nous sommes ces vignerons qui rejettent le Christ. Sans cesse, Il nous parle et trop souvent nous faisons la sourde oreille.  Notre époque vit dans une tentation terrible : celle de vouloir vivre sans Dieu.

La parabole de notre évangile est racontée par Jésus au début de la Semaine Sainte, après son entrée à Jérusalem, le jour des Rameaux. Elles un ultime effort de sa part pour ouvrir le cœur des « grands prêtres  et des anciens du peuple », en leur montrant toutes les conséquences de la décision de mort qu’ils trament contre Lui. Cette parabole veut susciter leur indignation face à la conduite des vignerons. Ils sont quand même homicides ! L’enjeu, c’est qu’ils finissant quand même par accueillir l’enseignement de Jésus !  Or, le paradoxe,  c’est que cette parabole dite pour les convertir les enferme en réalité dans leur mensonge. Et c’est pour avoir démasqué au grand jour le mécanisme des ténèbres que Jésus  sera quelques jours plus tard accusé de  blasphème, condamné à mort et crucifié. En prononçant la parabole, Jésus assume donc par avance le risque de mourir pour avoir parlé en vérité.

            Les vignerons de l’Evangile désiraient l’héritage. Il leur est accordé, non pas selon leur attente à la manière d’une possession qu’il faudrait arracher par la force, mais comme le don de la vie que Dieu leur donne, et donc nous donne dans la mort de son Fils. Il est écrit dans l’épitre aux Romains : « C’est l’Esprit Saint lui-même qui atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Puisque nous sommes ses enfants, nous sommes aussi ses héritiers : héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ » ( Rm 8, 16-17). Oui, nous qui avons mis le Christ en Croix, nous sommes avec Lui héritiers du Père.

Alors, écoutons ce que dit St Paul dans l’épitre aux Philippiens aujourd’hui : « Tout ce qui est vrai et noble, tout ce qui est juste et pur, tout ce qui est digne d’être aimé et honoré, tout ce qui s’appelle vertu et qui mérite des éloges, tout cela, prenez-le en compte ».

C’est une invitation qui nous est faite pour nous détourner du mal et du péché, pour nous recentrer sur le Christ, et donc nous préparer à recevoir l’héritage. La vie chrétienne, ce n’est pas seulement de suivre une morale plus ou moins vague. La vie chrétienne, c’est l’expérience du Royaume de Dieu qui nous est donné.  C’est l’expérience de cette pierre qui est vraiment la pierre angulaire, la pierre du salut du monde. Quand le Seigneur a « construit » le monde, c’est dans le Christ qu’il a tout « construit ».

Demandons à Dieu qu’il nous fasse entrer dans ce mystère de construction. Alors nous serons un peuple qui porte du fruit, un fruit qui demeure, le fruit de la charité, le fruit de la vie éternelle.

                                    

                                                                                 

Amen !

 

                                                                       Père Hervé Géniteau

      Reprise des horaires habituels à      St Jean-Baptiste            de Grenelle

MESSES DOMINICALES

SAMEDI : Messe anticipée à 18h30 dans l’église


DIMANCHE

Messes à :

- 9h, 11h  - église 

10H30, 12h15 - chapelle St Étienne  

- 18h30 dans l'église (animée par les jeunes) 

 

EN SEMAINE


-  Lundi : messes à 9h et 19h 

-  du mardi au vendredi : 

   messes : 8h, 9h  et 19h

-  Samedi : 9h

 

Laudes à 8H35

du mardi au samedii 

               

 

  

Adoration eucharistique
Le Saint Sacrement est exposé :

- le mardi de 19h30 à 20h30 - Chapelle St Etienne 
- le vendredi de 19h30 à 20h30

- le dimanche de 17h à 18h15 

 

Possibilité de se confesser

 

Les messes dans le quartier

(hors vacances scolaires)

- Au C3B, 54 rue Emeriau (75015), tous les vendredis à 12h15.

- A l’Ehpad Anselme Payen, 9, place Violet, le mardi à 15h

PERMANENCE DES PRETRES

(possibilité de confessions)

Pendant l’année:

du lundi au vendredi de 17h30 à 19h30 et le samedi de 10h à 12h
Vacances scolaires:

du lundi au vendredi de 18h à 19h30

 

BUREAU D'ACCUEIL

Pendant l’année:

du lundi au vendredi de 9h30 à 12h et de 14h30 à 19h; le samedi de 10h à 12h et de 16h30 à 18h30
 Vacances scolaires :

du lundi au vendredi de 16h30 à 19h le samedi de 10h à 12h.

Église

Saint Jean-Baptiste de Grenelle

14 place Etienne Pernet, 75015 Paris

01 56 56 83 10 secretariat@sjbg.org

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle